Partner

Saintes

18 Jul 2016, Geschrieben von admin in

Frankreich hat nun Selfie Points aus Xanten!

Deutsch-französische Freundschaft geht über ein Selfie! Im Rahmen der Städtepartnerschaft wurden die ersten Selfie-Points in Xanten´s französischer Partnerstadt Saintes installiert. Insgesamt elf Punkte präsentieren ab sofort die Schönheiten der Stadt in der Nähe der französischen Westküste. Egal ob am „Arc de Germanicus“, im „Jardin Public“ oder am „Amphithéâtre Gallo-Romain“ – die kleinen grünen Selfie-Points zeigen, wo sich ein Selbstportrait besonders lohnt. Xantens Bürgermeister Thomas Görtz brachte die Idee in die Partnerstadt „Das Besondere an unserer Freundschaft ist, dass Ideen keine Ideen bleiben, sondern mit viel Leidenschaft umgesetzt werden.“ In einer feierlichen Zeremonie und pünktlich zum französischen Nationalfeiertag wurden die Punkte an Saintes Bürgermeister Jean-Philippe Machon überreicht und eingeweiht.

IMG-20160714-WA0001

Marc Torke, Erfinder der Selfie Points aus Xanten: „Wir freuen uns  Saintes als erste Stadt in Frankreich mit unserem touristischen Marketingtool auszustatten. Statistisch gesehen werden die Attraktionen einer Stadt bis zu sechsmal häufiger fotografiert, wenn Sie mit unseren Punkten gebrandet werden“.

 

 

Das sind die Selfie-Points in Saintes:

Amphithéâtre Gallo RomainSelfie Point - Dingbat

Selfie-Point Amphithéâtre Gallo Romain

L’Amphithéâtre est le vestige le plus important de la cité. L’achèvement de sa construction daterait de 41-54 après J.C., sous le règne de l’empereur Claude.
Sa fonction était d’accueillir un grand nombre de spectateurs (autour de 20 000) venant assister aux représentations sanglantes et violentes tels que des combats de gladiateurs ou des chasses d’animaux.
Ce site est désormais dédié à la découverte et ouvre ses portes au public toute l’année.

The remains of the Amphitheatre (41-54 AD) can be found at the bottom of a small valley. We descend into the arena with emotion, taking the stairs that lead to the stands, just like the spectators who flocked there in the first centuries of our era. Set in part on the natural backdrop, it is one of the oldest and best preserved of the Three Gauls and could accommodate nearly 20,000 spectators. Its evocative power brings forth images of gladiators in combat, of men and beasts and the ordeal of the condemned.

Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Église Saint-Eutrope

Classée au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco au titre des „Chemins de Saint-Jacques de Compostelle“.
Consacrée en 1096 par le pape Urbain II, cette église est dédiée au premier évangélisateur et martyr de Saintes.
Sanctuaire d’un ancien monastère bénédictin dépendant de l’abbaye de cluny, elle fut également et demeure encore une halte sur le pèlerinage vers Saint jacques de Compostelle. Pour répondre à ces deux fonctions, un plan original a été adopté : deux choeurs superposés reliés par une nef unique (détruite au XIXè siècle); ainsi les prières des moines n’étaient pas troublées par l’afflux des pèlerins se recueillant dans l’église basse. L’église basse (ou crypte), à l’architecture sobre et massive, abrite le tombeau du saint. Au transept de l’église haute on peut admirer de très beaux ensembles de chapiteaux sculptés représentant la Pesée des Ames et Daniel dans la fosse aux Lions. La flèche gothique flamboyante a été érigée sur l’un des bras du transept au XVè siècle grâce à un don de Louis XI.

In St. Eutropius, the spirituality of the place attracts the visitor into the crypt, which contains the tomb of Eutropius, the first apostle of the Santons and martyr. The low church, with its inspired vaulting, is surmounted by a soaring high church with remarkable embellished capitals. Built by the monks of Cluny on the 6th century sanctuary and consecrated in 1096, St. Eutropius is a major edifice, still frequented on the road to Saint Jacques de Compostela, and for this reason it was placed on the World Heritage list by UNESCO.
Selfie-Points in Saintes CathedralSelfie Point - Dingbat

Selfie-Point Cathédrale de Saintes

De l’église romane reconstruite au XIIè siècle, subsiste la coupole du croisillon sud. La réédification commencée au XVè siècle fut interrompue par les guerres de religion qui endommagèrent la nef, et reprise au XVIIè siècle. Cet édifice a la silhouette étrange d’un chantier gothique inachevé. Magnifiques voussures sculptées sur le portail d’entrée.

Until the 18th century Saintes was confined within the ancient ramparts (the eastern part was expanded towards the 11th and 12th centuries), but developed the art of growing without spreading too much. Everything began at the foot of the Saint-Pierre cathedral. Built on the site of a Christian building dating from the early Middle Ages, the cathedral was the first seat of the episcopate and has gone through many vicissitudes. Rebuilt in the 12th and 15th centuries, it was sacked by the Protestants in 1568, even before its completion, and then refurbished but retains the look and the vestiges of a magnificent church in the flamboyant Gothic style.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Abbaye aux Dames

L’Abbaye aux Dames, la cité musicale est un havre de paix au cœur de la ville.
L’abbatiale Notre-Dame est un des joyaux de l’art roman saintongeais. Elle fut consacrée en 1047. Sur son portail richement décoré s’ébat une faune variée.
Le clocher, en forme de pomme de pin et couvert d’écailles de pierre, se visite. De celui-ci, la ville de Saintes se donne à contempler.
De la salle capitulaire aux cellules des moniales, vous découvrirez les bâtiments conventuels.
L’Abbaye aux Dames fut le premier monastère de femmes en Saintonge. Son rayonnement était immense. Il l’est toujours aujourd’hui grâce à ses activités musicales intenses.

Selfie-Point Jardin Public

Selfie-Point Jardin Public

Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Jardin Public

Conçu en 1925 sur les rives de la Charente, il forme la liaison entre la ville et la Palu.
C’est un véritable espace de calme et de contemplation d’une surface de 3 hectares situés au cœur du centre-ville.
Il est au rendez-vous quotidien des promeneurs et des enfants :
– les premiers pour prendre un rafraîchissement à la belle saison, à l’Orangerie, édifice de style XVIIème siècle transformé en salon de thé.
– les seconds pour jouer au toboggan et à la balançoire, ou observer les paons, chèvres et canards du parc.

This old parade ground was abandoned by the army in 1924. It is now a public garden laced with Roman relics.
The Abbey of Benedictine nuns of Sainte-Marie-aux-Dames, was consecrated in 1047 and is a city within the city. It was a place of wealth and power for over 700 years. The bell-tower, a Romanesque jewel, awaits the visitor at the end of a journey through the corridors of time, from the chapter house to the nuns’ cells.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Prairie de la Palu

Une nature pleine de vies…
A seulement quelques minutes à pied de la place Bassompierre, la prairie de la Palu est un vaste espace de 120 hectares de nature qui s’étirent le long de la Charente.
Dans cet écosystème complexe, classé en zone Natura 2000, des espèces animales et végétales variées et protégées s’épanouissent.
The-Prairie-de-la-PaluVéritable mosaïque de milieux naturels, derrière une image de calme prairie et tendre marais, elle réserve bien des surprises aux promeneurs qui s’y aventurent.
Pour observer la vie de la Palu, la saison hivernale, peut s’avérer intéressante, les arbres dénudés laissant apercevoir plus facilement ses habitants.
A l’abri des roselières : mésanges, rouges-gorges ou passereaux en pleine migration.
Dans les prairies et les abords des plans d’eau : hérons cendrés et martin pêcheurs.
A proximité des grands plans d’eau : canards sauvages, sarcelles, cormoran, foulques et poules d’eau.
Sans oublier les rapaces, éperviers d’Europe et faucons crécerelles ou encore les mammifères la loutre et le vison d’Europe, espèces rares et protégées.
Avec l’arrivée du printemps, la Palu s’éveille, et voit revenir les oiseaux migrateurs, tel le milan noir, rapace charognard où le balbuzard pêcheur, habitué des plans d’eau où il puise sa nourriture.
Le vert tendre de la prairie s’illumine de vives couleurs. Le jaune de la Lysimaque le dispute alors au rose de la Salicaire ou au pourpre la Fritillaire pintade.
L’observatoire n°1 situé dans une zone protégée des inondations permet de découvrir toutes ces espèces sans être vu.

The protection of these natural habitats, which are crucial for the survival of animal and plant species, has justified the designation of the valley of the Charente as a Natura 2000 zone. On reaching the prairie de la Palu, in just a few steps you pass from a world of antique marble and flamboyant Gothic to the kingdom of the redshank, a wetland wader. It can be discovered, along with many other species, with a naturalist guide. Saintes owes its natural setting to the Charente, which is also responsible for part of its urban development. As a port on an inland waterway since ancient times, the town benefited from a high level of river traffic.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Arc de Germanicus

Arch-of-GermanicusElevé en 18-19 après J.-C. cet arc était la porte de la ville. Il fut offert à la ville par un citoyen d’origine gauloise (Caius Julius Rufus) et dédié à l’empereur Tibère, à son fils Drusus et à son neveu Germanicus. Cet arc était construit à l’arrivée de la voie romaine venant de Lyon et à l’entrée d’un pont. Lors de la destruction de ce pont romain en 1843, l’arc fut sauvé de la destruction par l’intervention de Prosper Mérimée. Il fut reconstruit à quelques dizaines de mètres de sa position originelle.

Saintes was firstly Roman, Mediolanum Santonum, the  capital of Aquitaine, built on the territory of the Santons, a Gallic people. The visitor will not remain unaware of the roman history when he’s facing the Arch of Germanicus (18-19 AD). This monumental gate was built in front of the bridge that crossed the Charente, at the end of the Via Agrippa, linking the Atlantic Ocean to Lyon and on to Rome. It was a mark of the wealth of the romanised elite and the power of the town. The votive arch was dismantled when the old bridge was demolished in the 19th century, then rebuilt and restored thanks to Prosper Mérimée.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Place de l’Echevinage

Le visiteur peut flâner dans les rues, les allées, les passages et les petites places qui rappellent les villes du sud. Il découvrira d’élégantes maisons de ville, des portes richement taillées. L’ancien couvent des Jacobins du 15ème siècle héberge actuellement la Médiathèque. Il a conservé tout son charme qui est amplifié par les jardins en terrasse partagés avec l’Atelier du Patrimoine.

The former 15th century convent of the Jacobins now houses a multimedia library. It has retained all its charm which is embodied in the delightful terraced gardens that it shares with the Interpretation centre for architecture and heritage. The building, whose contemporary facade is perfectly integrated, offers an exhibition on the urban history of Saintes.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Rue Alsace Lorraine

Cet ancien Hôtel de Ville de Saintes, bâti au XVIIIème siècle, abrite depuis 1978 des collections de peintures, sculptures et céramiques, datées du XVème au XXème siècles. Des scènes de guerre aux évocations religieuses, des paysages flamands au littoral atlantique, d’une jeune fille à la rose aux porcelaines de Chine, les collections traversent les époques et les pays du monde entier, et emmènent le visiteur au cœur de l’histoire de l’art.

A little farther on, the Échevinage museum of fine arts, the former town hall, sets an 18th century facade beside the 16th century belfry. A window opens onto the 19th century, between the neo-classical Law Courts and the Italian facade of the theatre. It contrasts with the modernity of the building, covered in audacious green copper cladding.
Selfie Point - Dingbat

Selfie-Point Gabarre

Les gabarres qui transportaient des barils de cognac, de sel, des rochers et du papier ont favorisé le commerce et le développement de l’artisanat. Avec l’avancée du train, le port de commerce a laissé place à un petit port de plaisance et au tourisme nautique. Le long des berges, les amarrages sont une invitation à s’arrêter un moment.

The gabares (flat-bottomed boats) loaded with barrels of cognac, salt, timber, stone and paper favoured the trade and the development of craft activities. With the introduction of the train, the bustling commercial port has open up the way to the tranquillity of a marina and river tourism. Along the banks, mooring rings are an invitation to stop for a while. There are an infinite number of ways to the water. Starting from the Place Bassompierre, the gabare “Ville de Saintes” relives the traditional way and the river excursion boat “Bernard Palissy II” takes the modern route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA